PAS DE DISTANCIATION POUR LES POISONS…

Tandis que le gouvernement expose nous sauver d’un virus, il ré-autorise le recours aux néonicotinoïdes sous prétexte de sauver la betterave et agit pour sévir contre toute contestation du modèle agrochimique dominant.

En gestion de pleine crise sanitaire un gouvernement qui s’emploie à réintroduire le recours aux néonicotinoïdes, tueurs d’abeilles, est-il humainement compréhensible et plausible ? Nous sommes devant la manifestation politique extrême de la dérive d’une industrie agrochimique qui a substitué la fertilité de la bourse, devant celle des sols, et pris le contrôle fou des pouvoirs. Cette agriculture pollueuse planétaire des sols, de l’eau, de la biodiversité et du climat – rivalise et participe à la consommation croissante des combustibles fossiles, contribuant sans équivoque dans la marche aveugle vers une planète inhospitalière.

Pire, on est en train d’agir pour criminaliser la critique sociale du système agricole dominant derrière la notion floue du « dénigrement », rendue passible de lourdes peines…

A la perspective d’une loi dans la même logique aux dérives totalitaires que loi Sécurité globale, la « Mission d’information sur les moyens de juguler les entraves et obstructions opposées à l’exercice de certaines activités légales », est en cours de renforcer l’arsenal pénal contre les militants anti-pesticides… Alors que déjà la cellule Déméter, mise en place depuis décembre 2019, via un partenariat entre la FNSEA et la gendarmerie, cible l’opposition du modèle agrochimique, le nouveau coup de grâce demande à punir d’un an d’emprisonnement et de 45.000 euros d’amende toute « diffamation » publique (réseaux sociaux compris), commise à l’encontre d’une personne ou d’un groupe de personnes en raison de leur activité professionnelle ou de loisir, et donc l’agriculture (ou la chasse).

https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/rapports/micmje/l15b3810_rapport-information#

http://videos.assemblee-nationale.fr/video.10219567_601041bdcdb09.commission-du-developpement-durable-conjointe-avec-la-commission-des-lois-et-des-affaires-economique-26-janvier-2021

L’Etat et les lobbies agro-industriels, aéronautiques, chimiques… ont profité de la crise COVID, pour supprimer les quelques lois environnementales protectrices : en outre les distances minimales de sécurité pour les traitements agro chimiques à proximité des lieux où vivent les populations, autoriser à nouveau le déversement de pesticides par hélicoptère, sans oublier de bâillonner (loi AVÍA) les lanceurs d’alerte, qui dénoncent sur les réseaux sociaux les pratiques douteuses de l’agro-alimentation industrielle.

Avant cela, les maîtres du jeu avaient caché jusqu’au dernier moment (cliquer ici) le bilan de la consultation, qui avait recueillie 53.674 contributions : record national !

Cela ne pouvait pas durer, il fallait rendre compte. Le ministère s’est résolu à le faire (cliquer ici) en prenant des précautions qui font rire jaune. Mais avant cela, lisons ensemble le document. Il commence par un gros mensonge (en gras dans le texte), misant sur le fait que beaucoup n’iront pas plus loin: «De façon générale, l’ensemble des contributions illustre l’existence au sein de la population de positions très contrastées sur la question de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques et de la mise en place de zones de non-traitement aux abords des habitations».

On tente, dans cette même introduction, d’opposer ceux –«nombreux sont les participants»– qui refusent les pesticides, et ceux –«une partie importante des contributeurs» – qui les défendent. Évidemment, il s’agit d’un procédé qui vise à masquer l’évidence: la société demande la fin du système et seule une petite minorité le défend encore.

On n’est pas obligés d’approuver, mais en réalité, au détour des phrases, c’est le texte officiel lui-même qui (ne pouvant faire autrement) rétablit la vérité. Notons écrit, dans le désordre des pages intérieures «Une majorité de contributeurs se prononçant pour une augmentation des distances réglementaires», «Pour un grand nombre de contributeurs, la question excède la seule considération de la distance», «Les répondants s’inquiètent également des risques liés aux “perturbateurs endocriniens”, aux produits “mutagènes et reprotoxiques”, aux “nano-particules” et aux problèmes génétiques. Certains se préoccupent des risques encore “peu étudiés” liés à un “effet cocktail” des différents produits», «Le terme “poison” revient très souvent dans les contributions», «Les riverains, dont certains témoignent en tant qu’agriculteurs ou issus de famille d’agriculteurs, s’inquiètent pour leur santé: une très large majorité demande des distances réglementaires supérieures voire très supérieures (plus de 150 mètres) à celles proposées, notamment en raison de la crainte liée à la volatilité des produits», «À noter que beaucoup de témoignages sont issus de riverains de vignes et de cultures hautes telles que les noyers ou pommiers», «Pour de très nombreux contributeurs, la dangerosité et la toxicité des produits phytosanitaires n’est plus à démontrer», «Pour toutes ces raisons, un grand nombre de participants souhaitent l’interdiction pure et simple de l’ensemble des traitements chimiques employés dans l’agriculture».

Mais ce n’est pas tout. Rusé, pour ne pas dire retors, le texte officiel emploie des formules comme «De nombreux contributeurs se prononçant contre l’arrêté considèrent qu’un durcissement de la réglementation est un non-sens». Le lecteur pressé lira «de nombreux contributeurs», mais celui qui prend son temps comprendra que l’on ne parle que de ceux qui refusent la moindre distance d’épandage. Si 10 personnes sont contre toute distance et que 7 parlent de non-sens, alors en effet, «De nombreux contributeurs se prononçant contre l’arrêté considèrent qu’un durcissement de la réglementation est un non-sens». Rebelote avec la saisissante formule: «La très grande majorité des agriculteurs se prononçant contre l’arrêté partage ce sentiment de dénigrement systématique de leur activité».

Vous lirez à la suite de cet article un extrait extraordinaire du texte officiel, qui fait chaud au cœur. Monte en France le sentiment qu’il faut repenser l’agriculture dans sa totalité. Contrairement à ce que prétendent les lobbies, la FNSEA et l’industrie agrochimique, nous ne sommes évidemment pas contre les paysans. Nous condamnons une pratique criminelle, et pour le reste, oui, clamons-le, nous avons un immense besoin de paysans. Nous en voulons des millions, pratiquant une agriculture sans pesticides, économe en eau, respectueuse de la biodiversité, seule susceptible de nous aider à faire, et vivre avec elle, face au dérèglement climatique.

Dernier commentaire sur le texte: il ment épouvantablement par omission. Car il ne cite opportunément aucun chiffre. Il eût été d’une simplicité biblique de réaliser des courbes, d’indiquer des pourcentages, de truffer le document de camemberts permettant de comparer le nombre des adversaires des pesticides et les autres. Mais alors, le château de cartes se serait écroulé, et la supercherie aurait été dévoilée. Dites, amis tripatouilleurs, ça vous embêterait de publier des chiffres ?

.————————————

Un extrait très réjouissant

Les contributeurs attendant la suppression des pesticides ou la mise en place de politiques ambitieuses pour réduire leur utilisation soutiennent en grande majorité la transition de l’agriculture traditionnelle vers une agriculture durable, intégrant les pratiques dites raisonnées et bio (biocontrôle, permaculture, agroécologie, agroforesterie, bio maraîchage, biodynamique, etc.) et la valorisation des pratiques liées (semis sous couvert direct, utilisations de produits naturels, pratiques sylvo-pastorales etc.)

Ces nouveaux modes d’agriculture sont considérés par les contributeurs qui y sont favorables comme une garantie de pratiques « responsables et respectueuses ». En parallèle, il est également rappelé par les contributeurs favorables à la mutation de l’agriculture qu’il existe une « forte demande » des consommateurs qui traduit une mutation profonde de la société qui devrait inciter les agriculteurs au passage à une agriculture bio sans risque financier majeur « tout en maintenant une compétitivité ». Cette « révolution profonde et urgente » doit répondre à grande échelle au défi de protection des populations et de la biodiversité : « tout en luttant contre le problème sanitaire des pesticides, on lutte contre l’appauvrissement des sols ».

Elle passe selon les contributeurs par plusieurs leviers :  •La question de l’appui, principalement financier et technique, à ce mode d’agriculture apparaît comme un préalable majeur pour une grande majorité de contributeurs. La volonté politique, aussi bien au niveau national qu’européen via la Politique Agricole Commune (PAC), est perçue comme un levier clé pour un changement de paradigme et un encouragement vers de nouvelles conversions.

Il est ainsi souhaité un meilleur système d’aides à l’investissement et à la conversion en agriculture biologique, considérée comme « une pratique d’avenir ». Un appui humain est également attendu à travers des réseaux locaux « de conseillers agricoles capables d’épauler et de guider les agriculteurs » sur le modèle des Groupes d’Étude et de Développement Agricole (GEDA) mis en place par certaines Chambres d’Agriculture. •Le financement de ces politiques pourrait passer par une taxation sur les produits phytosanitaires ou les productions dites conventionnelles, par « un plan national de crowdfunding » ou par la mise en place de  « contrats à impact social qui tiendraient compte des futures économies de santé améliorée, de pollutions évitées, etc. ».

En parallèle, des facilitations fiscales, comme« une suppression de la TVA » sur les productions biologiques pourraient également être un soutien majeur à la transition de l’agriculture. L’appui à la recherche de la part des pouvoirs publics, « avec l’appui de l’ingénierie agronome », est également évoqué par plusieurs contributeurs comme un levier clé d’un déploiement généralisé de l’agriculture durable (variétés, techniques, pratiques, etc.). Une collecte et un partage des expériences et bonnes pratiques apparaissent également pertinents pour soutenir massivement la transition agricole.

La question de la formation, notamment des jeunes agriculteurs dès le lycée agricole, apparaît également comme un sujet central pour de nombreux contributeurs. Les formations aujourd’hui dispensées sont ainsi considérées comme « trop tournées sur des modes de production intensifsdes années 70 et 80 ». Ces nouvelles formations pourraient permettre à l’avenir d’accorder aux agriculteurs maîtrisant les pratiques de l’agriculture durable des « permis de cultiver ». Il est par ailleurs rappelé que l’adaptation des formations doit aussi concerner les ouvriers agricoles qui sont souvent les principaux utilisateurs des produits phytosanitaires.

La mise en place des zones de non-traitement (ZNT) sont perçues par de nombreux contributeurs comme de potentiels lieux pour des « expérimentations de nouvelles pratiques », pas nécessairement bio, mais proposant d’ores et déjà de nouvelles pratiques plus respectueuses des enjeux sanitaires et environnementaux. Il est ainsi souhaité que ces espaces, qui pourraient bénéficier d’« aides spécifiques », puissent faire l’objet de modes de gestion et d’exploitation innovants (implications d’agriculteurs bio, de riverains ou d’associations de défense de l’environnement, etc.) et bénéficier d’un label spécifique pour leur fonction de « territoire de transition ».

Des mesures de protection spécifiques pour les parcelles conventionnelles qui jouxtent souvent les parcelles biologiques sont également souhaitées, ces dernières ayant « le droit de ne pas subir de traitements non consentis ». L’instauration de distances minimales d’épandage de produits phytosanitaires « à proximité des productions certifiés agriculture biologique » apparaît ainsi nécessaire sur des distances à minima équivalentes à celles prévues par le projet d’arrêté vis-à-vis des lieux d’habitation.

Le gouvernement a organisé depuis le lundi 9 septembre 2019 une consultation publique sur les conditions d’épandage des pesticides, à laquelle chacun était invité à donner son avis. Cette consultation publique était une farce, car le résultat en était d’ores et déjà annoncé: « à partir de 2020, il faudra respecter une distance de 5 à 10 mètres entre les traitements chimiques et les habitations… »

Ni 5 mètres, ni 10 mètres

Une telle décision était déjà une insulte à la science et à notre santé, car les pesticides ne respectent pas les décrets. Ils voyagent sur des kilomètres, rejoignent les cours d’eau, montent dans l’air et les nuages, atteignent facilement le cœur des villes et jusqu’aux foetus. Ils saturent l’air et polluent les pluies. Le lobby des pesticides vient de montrer une nouvelle fois sa puissance. La seule solution scientifiquement fondée, comme le réclame le mouvement des Coquelicots depuis un an: la fin de tous les pesticides de synthèse.

Le gouvernement regarde ailleurs
Des maladies en pagaille. Une nature qui disparait silencieusement. Un monde agricole au désespoir. Une autonomie alimentaire qui n’est plus qu’un rêve… Si près de neuf Français sur dix sont pour la fin des pesticides en cinq ans, c’est qu’ils ont compris que ces poisons sont une impasse mortelle. Pour tous. Mais il n’y a pire sourd que celui qui a intérêt à ne pas entendre et l’incroyable scandale des pesticides montre le gouffre qui s’agrandit chaque jour entre dirigeants et dirigés. La démocratie, ce n’est pas cela. Un élu de la République n’est pas au service des intérêts privés. Il doit d’abord et avant tout protéger la population dont il a la charge. Et il ne le fait pas. C’est très grave.

A quoi joue l’ANSES ?
Pour préparer son décret-scélérat, le gouvernement et son ministère de l’Agriculture s’était fondé sur des recommandations de l’ANSES, notre agence publique sanitaire. Entre 5 et 10 mètres, donc. Mais nous n’avons plus aucune confiance en elle. L’affaire des SDHI – une nouvelle classe de fongicides toxiques pour la santé – montre qu’elle a partie liée avec l’industrie des pesticides (1). Car malgré des alertes lancées par des scientifiques indépendants, elle laisse ce redoutable poison être épandu dans toute la France. Cette agence, celle-là même qui donne les autorisations de mise sur le marché (AMM) de ces poisons peut-elle sérieusement nous protéger contre ses propres décisions ? Cela ne peut plus durer. Cette consultation publique est une honte pour notre République.

Plus que jamais, l’Appel des coquelicots, qui exige la fin de tous les pesticides de synthèse, est la seule issue!

(1) Un livre paru le 12 septembre 2019 raconte cette affaire: «Le crime est presque parfait, l’enquête-choc sur les pesticides et les SDHI» (LLL), par Fabrice Nicolino, fondateur de Nous voulons des coquelicots.

LES VERS DE TERRE PROPAGATEURS ET CONCENTRATEURS DE PESTICIDES !

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0167880920303534

Une étude française met en évidence la capacité des pesticides à se diffuser largement dans l’environnement, hors des parcelles traitées. Et, surtout, à s’y accumuler à des concentrations inattendues et alarmantes, en combinaison avec d’autres pesticides couramment utilisés.

Publiés en ligne fin septembre 2020, ces travaux, publiés dans la revue Agriculture, Ecosystems & Environment, n’ont jusqu’à présent reçu aucun écho malgré la tenue, en France, du débat parlementaire sur la ré-autorisation partielle des néonicotinoïdes.

Les résultats sont pourtant frappants. Les auteurs ont analysé 180 échantillons de sols dans la région de Chizé (Deux-Sèvres), sur les 450 km2 de la zone atelier Plaine et Val de Sèvre du CNRS, une grande plaine céréalière utilisée pour l’étude des interactions entre les activités agricoles et l’environnement. Ils y ont recherché la présence de trente et un pesticides (insecticides, fongicides ou herbicides), dont vingt-neuf sont actuellement autorisés en agriculture.

Conclusion : la totalité des prélèvements analysés contiennent au moins une des substances recherchées, et 90 % contiennent un mélange d’au moins un insecticide, un fongicide et un herbicide. Si un tel constat est inédit, c’est que les auteurs ne se sont pas arrêtés aux surfaces cultivées. Ils ont prélevé leurs échantillons sur des parcelles agricoles conduites en agriculture conventionnelle, en agriculture biologique, mais aussi sur des prairies et des haies n’ayant jamais reçu de traitements. « Dans 40 % des cas, on retrouve plus de dix pesticides différents », explique l’écologue Vincent Bretagnolle (CNRS) et coauteur de ces travaux.

Notre Site : https://coquelicotsmilly.home.blog

Notre actualité sur Facebook : https://www.facebook.com/Nous-voulons-des-coquelicots-%C3%A0-Milly-la-for%C3%AAt-et-ses-environs-542971879443997

Notre chaine YouTube : https://www.youtube.com/channel/UCbkdFwYzYVaYfHbNvjJ6dsQ/videos?view=0&sort=dd&shelf_id=0

Le blog de Fabrice Nicolino : https://blog.nousvoulonsdescoquelicots.org/

Contact : coquelicots.milly@gmail.com

https://coquelicotsmilly.home.blog

Publié par des coquelicots pour la vie

Collectif écologique citoyen pour l’abolition des pesticides.

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :